Montfaucon | 2021-10-01

Après les Ehpad, la vaccination débute dans les Marpa

Les Maison d’accueil et résidence pour l’autonomie (Marpa) n’étant pas des établissements médicalisés, elles ne comptaient pas dans les effectifs de vaccinations des Ehpad. Mais, la campagne de vaccination dans le Doubs a (enfin) débuté ce jeudi par celle du Pays de Courbet à Omans. Le Département du Doubss’est mobilisé pour organiser la vaccination des personnes âgées hébergées dans les résidences autonomie, le tout en collaboration avec le Sdis et le centre de vaccination d’Ornans.
La Maison d’accueil et résidence pour l’autonomie (Marpa) du Pays de Courbet à Ornans a débuté ce jeudi. La série va se poursuivre dans le département avec les Chenevières d’Amancey, Val de Loue d’Arcet-Senans, Jean-Baptiste de La Salle à Besançon et les Clarines de Bellevue de Pierrefontaineles-Varans.
Un seul refus Les rendez-vous sont planifiés avec les professionnels de santé et les structures d’accueil. Avec un total de 420 doses dont disposent les équipes mobiles, 18 établissements sont donc concernés dont cinq Marpa.
A Omans, sur les 20 résidents actuels, un seul a refusé la vaccination. Compte tenu de l’absence d’un résident et du fait que quatre d’entre eux étaient déjà vaccinés, c’est donc 14 personnes qui ont suivi le parcours au sein de l’établissement. 24 doses étant disponibles, 6 membres du personnel les ont accompagnés ainsi que 4 résidents de la maison Ages et Vie de Montfaucon.
« Les Marpa ne sont pas médicalisées » Dans la salle d’attente, la détente est de mise avant de rencontrer le médecin puis les deux infirmières qui procèdent à la vaccination Pfeizer. Après 15 minutes, les résidents rejoignent la salle de convivialité pour une petite collation et échanger sur cette expérience.
À la question de savoir s’ils étaient volontaires, l’un d’eux répond : « On nous a plutôt de mandés si on ne refusait pas. Quelques-uns l’avaient fait à titre personnel, et normalement on était prioritaire, vu notreâge. Mais du fait que les Marpa ne sont pas médicalisées, on n’a pas été comptés dans les effectifs comme les Ehpad ».
Une ambiance détendue Le vaccin n’émeut pas une résidente : « Les piqûres, avec mon diabète depuis 96, j’en ai tous les jours. Alors j’ai l’habitude. » L’ambiance est à la rigolade surtout lorsque les dames évoquent le questionnaire de santé sur la maternité.
Rendez-vous dans quatre semaines pour la seconde injection.

L’EST REPUBLICAIN – 6 mars 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé