Taupont | 2021-10-01

Ces personnes âgées s’installent en colocation

L’idée
À quelques pas du centre bourg de Taupont, rue des Acacias, un va-etvient de voitures a animé le quartier, jeudi. Les aînés, parfois accompagnés juste par une personne, d’autres, par la famille au complet, déménagent, « encore une fois, probablement la dernière », commente un membre de la famille.
Toutefois, ces déménagements se déroulent dans l’apaisement et aussi dans la joie, sous le regard attentif de Sylvain Bernu, responsable régional des projets collectifs de vie en commun pour les seniors, de la société Âges et Vie. «Nous avons accueilli sept premiers résidents, ce mercredi. Ils ont dormi sur place. D’autres arrivent aujourd’hui, et le 1er avril, cinq suivront. »
Seize logements dotés d’espaces communs Attentivement, il observe les arrivées. « Voici, une de nos résidentes avec sa fille. Elle était en établissement d’hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad), et a décidé de s’installer ici. »
Cette personne âgée connaît déjà ce logement. «Elle est venue il y a une semaine. En amont, nous l’avons accompagnée au niveau administratif, et maintenant, dans l’installation. »
Dans une de deux maisons, construites pour accueillir seize résidents, Corinne Le Breton, infirmière libérale de Taupont, échange avec Sylvain Bernu. Elle parle de ses patients qui ont décidé de venir habiter dans ce lieu de vie, qui désormais s’inscrit dans le paysage local. «Nous les avons suivis quand ils habitaient seuls chez eux et nous allons continuer de le faire ici. » Son sentiment est positif. «C’est un endroit adapté pour ceux qui étaient seuls. Nous les avons encouragés à y venir pour qu’ils gardent leur autonomie et, à la fois, pour qu’ils ne se retrouvent pas en danger à la suite, notamment, de chutes assez fréquentes. Ici, tout est prévu pour veiller sur eux. C’est important», remarque celle qui, avec ses collègues, les a vivement encouragés à déménager.
Les questionnements des anciens ont été nombreux. Et l’argument premier des infirmières a été la sécurité. « C’est une bonne alternative aux grandes maisons de retraite, dites les Ehpad. Ici, nos patients restent dans leur commune, gardent leur indépendance, profitent de la vie conviviale et de l’encadrement des professionnels de santé ». Ainsi, grâce aux infirmières, six personnes âgées de la commune, ou qui ont de la famille à Taupont, ont décidé de s’installer dans cette maison commune Âge et Vie. La résidence à Taupont est la seule de ce genre à ouvrir dans le bassin ploërmelais.
Les deux maisons de 380 m2, sur un terrain de 2 700mz, avec espaces communs, proposent à la location seize logements de 30 m2. Chaque maison compte huit chambres. » Sylvain Bernu est chargé d’ouvrir, en 2021, quinze sites bretons de ce type et cinq supplémentaires, par la suite. L’objectif de la société Âge et Vie est de proposer 300 habitats inclusifs d’ici 2023 sur l’ensemble de la France.

« Cette maison me plaît », confie Lucie Roigner, 88 ans
Témoignage
Lucie Roigner, originaire de Ploërmel et habitante deTaupont depuis 1999, a décidé de s’installer dans la maison de retraite, à taille humaine. « Lucie, notre tante, vivait déjà à Taupont. On n’habite pas loin d’elle, en Ille-et-Vilaine et dans les Côtesd’Armor.
Elle n’a pas d’enfants. Nous nous sommes toujours occupées d’elle. C’est elle qui a choisi de venirvivre dans cette maison », expliquent les nièces de Lulu.
Un endroit « plus personnalisé » Ce jeudi, toute la famille de cette femme âgée de 88 ans est auprès d’elle. Les hommes portent ses meubles et les femmes l’entourent dans leurs dis positions. «
C’est le mari de l’infirmière qui la suit, qui a réussi à la convaincre », confie une des nièces. « C’est vraiment l’endroit pour elle, et nous, nous allons être plus rassurées. »
C’est mieux qu’une grande maison de retraite ? «
Pour elle, oui, je pense. C’est plus personnalisé. Elle est encore très indépendante. Elle fait ses courses, cuisine encore un peu. Une structure plus grande ne lui aurait pas plu. Toutefois, c’est encore trop tôt pour le dire si elle va se plaire ici», confient les nièces avant de rejoindre de nouveau Lucie. « Oui, tout le monde m’appelle Lulu mais mon vrai prénom est Lucie, se présente Lucie Roigner, originaire de Ploërmel.
J’ai vécu une partie de ma vie à Paris. Ensuite je suis revenue dans la région. J’ai habité à Saint-Servant-sur-Oust, et en 1999 je me suis installée à Taupont. C’est mon troisième déménagement. Cette maison me plaît, même si c’est un peu dur de partir de ma maison. Heureusement, je garde mes amis et je suis bien entourée, ça me rassure », remarque-t-elle, en sachant que ses nièces « ont une vie à elles et ne peuvent pas être tout le temps avec moi ».

« Aujourd’hui, nous revenons vers la proximité. C’est une demande des anciens et de leur famille. Notre volonté est de proposer un lieu de résidence pour les personnes âgées qui se situe dans un environnement qu’elles connaissent déjà.»
Sylvain Bernu, de la société Âge et Vie.

OUEST FRANCE – 22 mars 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé