Besançon | 2021-10-01

Ehpad : de belles initiatives malgré l’isolement

Formées en encadrement et gestion des services à la personne, des étudiantes bisontines ont monté un projet qui loue les initiatives ayant rendu la vie moins dure dans les Ehpad pendant la crise sanitaire. Leur travail revient sur un an de confinement de façon optimiste. Une rareté.
L’Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) a été un moment dur pour les résidents et les familles. Malgré cela, les personnels se sont mobilisés pour mettre en place de belles initiatives. » En cette époque morose, un après le début du premier confinement, le message de Djeneba Cissé est porteur d’espoir.
Elle et quatre amies étudiantes en licence pro Administration et En cadrement du service à la personne ont monté un projet pour valoriser les initiatives menées dans ces établissements depuis le début de crise sanitaire. Élèves de la faculté de Besançon, elles viennent de rendre leur travail à leurs professeurs. Intitulé “Les portraits de la solidarité”, ce projet est visible sur un site internet, gratuit et accessible à tous.
500 courriers de soutien
Aides-soignantes en alternance pour certaines, ces cinq femmes ont recueilli des témoignages de personnes ayant donné de leur temps ou de leur imagination, pour lancer des initiatives à l’adresse des personnes isolées. « Comme ce jeu ne de 15 ans qui a écrit 500 lettres de soutien aux personnels », décrit Djeneba Cissé, qui ajoute : « A un moment où les intervenants extérieurs ne pouvaient plus venir dans les maisons de retraite, les encadrants ont mis en place des actions pour maintenir l’activité physique ».
Optimiser le moral des personnes âgées
Les étudiantes mettent également en avant les initiatives des aidants en matière de soins socio-esthetiques pour les personnes âgées. Pose de vernis, soins des mains, coiffure ou massage… Des activités qui ont permis aux bénéficiaires d’optimiser leur bien-être, durant une période où ils pouvaient plus voir leurs familles. Les établissements étant fermés en raison de la crise sanitaire. « Malgré l’isolement, ces initiatives ont été salutaires pour la santé physique et le moral des résidents », résume Djeneba Cissé.
Bien qu’elle exerce à l’Ehpad du Pré aux Moines, à Cirey (70), cette dernière rappelle que ce projet universitaire a recensé des initiatives menées dans le Doubs, au sein d’établissements gérés notamment par Age et vie et la Mutualité française comtoise. Un travail nécessaire, dans une période où les soignants ont tendance, et on peut les comprendre, à broyer du noir.

L’EST REPUBLICAIN – 16 mars 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé