Aigurande | 2021-10-01

La cohabitation entre personnes âgées, une alternative aux Ehpad

La société Âges & Vie propose à des seniors en perte d’autonomie de vivre en colocation au sein de maisons spécialisées pouvant accueillir jusqu’à huit personnes. Deux sites ouvriront à Aigurande et Châteaumeillant à la fin de l’année.
La coloc, ce n’est pas que pour les jeunes. Depuis quelques années, de plus en plus de personnes âgées en perte d’autonomie, réticentes à l’idée de rejoindre un Ehpad, font le choix de s’installer dans des maisons organisées pour vivre une expérience semi communautaire.
En France, la société Âges & Vie s’est même fait une spécialité de ce type d’habitat avec près de 70 maisons sur tout le territoire. Un chiffre qui ne demande qu’à augmenter dans les prochaines années. «Il y a une légère tendance à la hausse concernant les demandes mais nous souffrons encore d’un manque de notoriété, révèle Julien Comparet de la société Âges & Vie. Cette alternative aux maisons de retraite et aux Ehpad est en fait relativement méconnue. »
Son principe est pourtant séduisant : permettre à des personnes âgées dépendantes qui ne peuvent plus rester seules de continuer à vivre dans un environnement sécurisé comme chez elles. Jusqu’à huit personnes peuvent ainsi cohabiter au sein d’une même maison de 380 m2, comprenant des espaces communs (cuisine, salle à manger, salon) pour les repas et la vie collective mais aussi des espaces privatifs (une chambre de 30 m2 meublée ar le locataire et une salle de bain individuelle). Les logements peuvent également s’adapter aux besoins des colocataires et évoluent en fonction de leur dépendance (lit médicalisé, barres d’appui…) tandis qu’une équipe d’auxiliaires de vie habite à l’étage afin de pouvoir intervenir à n’importe quel moment. Les colocataires sont d’ailleurs équipés d’un bracelet de surveillance pour alerter en cas de pépin. « Il y a ainsi six auxiliaires de vie qui participent à la vie de la maison, précise Julien Comparet. Ils peuvent faire les courses, préparer les repas, assurer l’entretien de la maison mais aussi aider au lever, au coucher, à la toilette et aux déplacements. » Des services comparables à ce qui se fait en Ehpad ou en maison de retraite, à la différence que les colocataires conservent plus de liberté. « Chaque habitant ou chaque couple à la clé de son logement privé, indique le salarié d’Âges & Vie. Les résidents peuvent inviter qui ils veulent, sortir quand ils le souhaitent, jardiner et aussi avoir un animal de compagnie. Us ne sont même pas tenus de participer à la vie delà maison s’ils n ‘en ont pas l’envie. Seuls les repas sont pris en commun. »
Un coût plus abordable qu’en Ehpad
Étonnamment, malgré tous ces avantages, le tarif moyen d’une place en colocation reste relativement abordable. En moyenne, les résidents débourseraient autour de 1 600 € par mois. Un chiffre important mais qui serait inférieur au coût moyen d’une chambre en Ehpad (environ 2 100 € en 2021). Reste que les places sont rares et les implantations encore trop peu nombreuses. Plusieurs projets sont toutefois en cours, dont dix-huit dans le Berry – dix dans l’Indre et huit dans le Cher. En construction depuis septembre 2020, la première maison berrichonne Âges & Vie ouvrira ses portes à Aigurande (36) à la fin de l’année. Une autre sortira également de terre à Châteaumeillant (18). « Les personnes intéressées par une place dans l’une de ces structures peu vent déjà se renseigner en nous contactant, insiste Julien Comparet. Les inscriptions seront ouvertes dès la fin delà construction. » Nul doute que certains Berrichons se laisseront séduire par une nouvelle expérience semi-communautaire au sein d’un habitat à taille humaine. À l’heure du coronavirus, cette solution semble d’autant plus rassurante qu’elle protège sans isoler.

L’ECHO DU BERRY – 18 février 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé