Plainfaing | 2021-10-01

La colocation pour seniors ouvre ses portes aux visiteurs

Parmi le nombreux public venu visiter, vendredi, la colocation pour personnes âgées dépendantes Âges & Vie, des élus de la ville de Moyenmoutier intéressée par le concept novateur dans les Vosges à un moment où elle réfléchit à l’accueil de la population vieillissante.
Programmée initialement en avril, l’opération portes ouvertes s’est au final déroulée le vendredi 3 juillet à l’initiative de la direction de la colocation pour les personnes âgées en perte d’autonomie financée par la société Âges & Vie, implantée dans le lotissement de la Croix des Zelles à Plainfaing.
De nombreux visiteurs venus de Plainfaing et des environs ont répondu à l’invitation. Ce fut une belle découverte à écouter les commentaires positifs à la sortie de l’établissement parcouru de fond en comble. « Notre objectif est de présenter ce mode d’hébergement et d’accompagnement au maximum d’habitants de Plainfaing et les intéresser pour qu’ils viennent y habiter », commente Julien Comparet, chargé de communication.
Les Plainfinois n’ont pas été les seuls à investir l’établissement qui entrera en service le 9 septembre prochain puisqu’ils ont été rejoints par des personnes venues de toute la Déodatie et même de l’Alsace pour les camping-caristes stationnés sur le terrain de camping-cars situé à proximité.
« Un trait d’union entre le domicile et l’Ehpad »
Le maire de Moyenmoutier Jean Hirli, accompagné de Sylvain Boffy, directeur général des seivices et d’Anthony Daniel, adjoint aux affaires sociales, au logement et aux relations avec les seniors, a profité de l’opération pour venir aux renseignements à un moment où la ville de Moyenmoutier (3 252 habitants) réfléchit à la construction d’une structure d’accueil en bout des jardins de l’abbaye où deux terrains viabilisés de 1 000 m2 sont constructibles. « Nous sommes en pleine période de réflexion sur l’accueil de la population vieillissante dont on s’attend à une explosion en 2025. Avec ce type de structure, on est dans l’entre-deux, c’est un trait d’union entre le domicile et l’Ehpad. On ne sait pas encore sous quelle forme notre projet prendra corps, nous allons lancer un appel à projets et rencontrer aussi les bailleurs sociaux », indique Jean Hirli.

VOSGES MATIN – 5 juillet 2020

Cliquez ici pour pour être rappelé