Varennes-sur-Loire | 2021-10-01

Les aînés logés à bonne enseigne

La création de nouveaux logements pour les seniors a été évoquée au Conseil municipal.
Lors de sa réunion du mercredi 21 avril, le Conseil municipal s’est penché sur deux gros dossiers d’urbanisme visant à favoriser le maintien des personnes âgées en perte d’autonomie au sein de la commune.
En préambule à cette séance, Philippe Plat, directeur de Saumur habitat, a présenté l’avant-projet de réhabilitation de l’ancienne école de filles en logements pour seniors, à savoir la création de six appartements au premier étage et au rez-dechaussée du bâtiment, dans les anciens logements de fonction des enseignants, en incluant également l’ancien préau. « Les logements T3 et le duplex prévus seront labellisés seniors car dotés de toutes les commodités adaptées au grand âge. Un monte-personne desservira le premier étage. L’effort sera également
porté sur les performances énergétiques. L’accès aux bâtiments se fera
par la cour intérieure, qui conservera sa vocation de lieu de rencontre, et
qui sera paysagée », explique Philippe Plat.
Six appartements seniors créés dans l’ancienne école des filles
Le coût global de l’opération tournera autour des 800 000 €. Un bail emphytéotique de 50 ans sera signé avec la commune qui redeviendra propriétaire des lieux passée cette date. Après négociations, Saumur habitat, en prenant sur ses fonds propres, a décidé d’exonérer la commune de la subvention de 40 000 € qui lui était précédemment demandée pour équilibrer un budget largement subventionné.
Il faudra compter environ 14 mois de travaux, en prenant compte de la situation des trois locataires qui occupent actuellement les lieux. La réception des travaux est prévue pour juin 2023.
Par ailleurs, Saumur habitat interviendra rue Champ-Bertain pour la réhabilitation énergétique de 19 logements sociaux, pour un coût de 755 000 €. Neufs autres logements de cette rue seront concernés pour une rénovation énergétique d’un coût de 315 000 €. Également dans le cadre d’un programme régional de réhabilitation des logements sociaux, cinq logements de la rue de la Paix et onze autres de la Maréchalerie bénéficieront du programme Energy-Sprong, dont le but est la consommation zéro énergie, pour un coût d’environ 75 000 € par habitation.
Un projet au lotissement de l’Ouche Maréchal avec le réseau Ages et Vie Le réseau Ages et Vie propose de construire dans le lotissement de l’Ouche Maréchal deux bâtiments destinés à accueillir 16 résidents âgés en colocation. Le financement, la conception, la construction et la gestion de l’ensemble incomberaient entièrement au réseau Ages et Vie qui dispose d’une enveloppe définitive de 80 000 € pour acheter les 2 500 mètres carrés environ de terrain dont elle a besoin, taxe d’aménagement comprise. Ce qui ramènerait le prix du mètre carré à 13 €. Après négociations, le tarif a été monté à 15 € le m2, une somme en deçà des 65 € le m2 demandés aux futurs lotisseurs. Résultat, le manque à gagner, pour le lotissement de l’Ouche Maréchal avoisinerait les 140 000 €.
Pour le maire, Gilles Talluau, « ce sera le prix à payer pour que les personnes âgées en perte d’autonomie qui ne peuvent plus rester chez elles puissent continuer à vivre dans la commune dans un lieu sécurisé et convivial, au sein d’un lotissement intergénérationnel mixant propriétaires et locataires de logements sociaux ». En outre, cela créerait six emplois d’auxiliaires de vie présentes en permanence pour accompagner les résidents.
Le principe de proposer une alternative à l’Ehpad pour les anciens a fait consensus au sein du conseil. Ce qui le fit moins fut le « sacrifice » financier de 140 000 € qui serait nécessaire pour accueillir cette structure.
Patrice Moens, conseiller municipal de l’opposition, a tiqué sur « le principe d’un déficit annoncé ». L’objection a été balayée par le maire pour qui « l’absorption de ce déficit peut être lissée sur plusieurs années d’exercices budgétaires ».
Quelques conseillers, absents lors de la présentation du projet par Ages et Vie le 10 mars dernier, ont hésité à avaliser ce projet par manque d’information. Aussi, le maire Gilles Talluau a jugé plus sage de remettre cette question à l’ordre du jour du prochain conseil, en invitant une nouvelle fois Ages et Vie à soumettre son dossier. Une décision finale sera nécessaire pour déterminer l’implantation définitive des parcelles et la viabilisation du futur lotissement de l’Ouche Maréchal.

LE COURRIER DE L’OUEST – 27 avril 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé