Taupont | 2021-10-01

Les premiers seniors seront accueillis au printemps 2021

À Taupont, le chantier du domicile partagé pour personnes âgées dépendantes bat son plein. La structure à taille humaine est en passe d’héberger ses premiers locataires.
Elle ne possédait pas de structures adaptées aux seniors. Taupont va se doter d’un domicile partagé pour personnes âgées dépendantes. Et ce n’est plus, qu’une question de mois. Rue des Acacias, deux bâtiments regroupant 16 logements sont sortis de terre. «Tous de plain-pied avec un accès sur l’extérieur», précise d’emblée le maire de la commune, Jean-Charles Sentier.
Alternative aux EHPAD Si l’élu connaît le sujet par coeur, il n’est pas à l’ouvrage.
C’est le groupe Ages & Vie, déjà propriétaire d’une trentaine de structures similaires dans l’Est de la France, qui est à l’origine du projet. À l’horizon 2023, la société possédera plus de 300 maisons dans l’hexagone, en gardant à l’esprit, leur leitmotiv de départ : créer des colocations à taille humaine.
« C’est une nouvelle forme d’hébergement, une alternative aux Ehpad, pour les personnes âgées en perte d’autonomie qui ne peuvent plus rester chez elles, mais veulent rester vivre sur la commune. Pour ne pas changer leurs habitudes», argue le premier édile. Une structure accessible aux locaux donc, puisque les Taupontais y seront accueillis en priorité.
Des auxiliaires de vie en permanence
Concrètement, chacun des résidents sera locataire d’un appartement privé de 30 m2 qu’il pourra meubler et décorer à sa guise. «Les animaux sont acceptés, pour qu’ils se sentent comme à la maison », ajoute Annick Delsaut, adjointe à la associative. À la différence que des auxliaires de vies seront présentes en permanence pour accompagner, selon les besoins, à l’aide au lever-coucher, à la toilette, aux préparations de repas, qui ont la particularité de pouvoir être pris en commun. Autrement dit, « une présence rassurante pour les proches comme pour les résidents. »
Coût moyen pour les familles : 1 600 € mensuels. « Le tarif comprend les loyers, les charges locatives, les frais alimentaires et les prestations d’aide à la personne », énumère Jean-Charles Sentier qui rappelle que l’ouverture est programmée au printemps 2021. Lui croit dur comme fer au concept. Et voit là, une double opportunité : créer six emplois et permettre aux seniors, de garder leurs repères.

LE PLOERMELAIS – 29 octobre 2020

Cliquez ici pour pour être rappelé