Meroux-Moval | 2021-10-01

Quand les personnes âgées se regroupent en coloc'

C’est une colocation particulière qui accueillera fin mars ses premiers locataires, puisqu’elle est prévue pour les personnes âgées, dépendantes ou non. Un peu à l’image des coloc’ d’étudiants, mais version troisième âge. E st-ce que ce sera aussi mouvementé que « L’Auberge espagnole » d’ici fin mars, lorsque la résidence Ages et vie accueillera ses premiers colocataires ? Sans doute pas.
Ces deux maisons sont prévues pour les personnes âgées, en situation de handicap physique ou non. La vie risque d’y être un peu plus calme. Quoi que…
Meublé ou non
L’idée de cette coloc’, «c’est de faire du domicile, tout en mutualisant des services d’auxiliaires de vie », précise Marnie Graugnard, responsable de secteur chez Ages et vie, société bisontine qui développe et propose le concept. Chacune des deux maisons de Meroux est conçue pour accueillir sept locataires (ou couple ou non) disposant d’un studio de 30 à 35 m2 en rez-de-chaussée (une grande chambre avec salle de bains, mais sans cuisine). Au coeur de la maison, un grand espace de e commune comprend une cuisine, une salle à manger et un salon. Ces studios sont meublés, « mais on conseille quand même aux personnes d’apporter leurs meubles, pour qu’ils se sentent bien chez eux ».
Dépendance physique
Chaque colocataire peut me er ainsi sa vie : partir en vacances, participer à des activités extérieures, recevoir de la visite (avec quelques restrictions liées à la crise sanitaire). Aucune limite d’âge pour accéder à cette colocation. Toute fois, l’essentiel des locataires appartient au troisième âge.
« Nos seules limites : nous ne prenons pas de personnes atteintes de troubles cognitifs, des malades d’Alzheimer. Mais on accompagne très bien la dépendance physique, avec du matériel médical adapté, si nécessaire ».
La différence avec un logement classique se trouve dans la présence d’auxiliaires de vie toute la journée, et avec une téléalarme la nuit. Leurs missions ? « Elles aident au lever, à la toilette, au coucher ; elles se chargent de l’entretien du cadre de vie et du linge ; elles font les courses et préparent les repas dont les menus sont élaborés en concertation avec les locataires ; elles proposent des animations. Les locataires peuvent participer au fonctionnement de la maison, s’ils en ont envie ». Et à la différence également avec les Ehpad, les animaux de compagnie sont autorisés, sous réserve qu’ils ne perturbent pas la vie de la coloc’.
Un cadre de vie et des services
Ce cadre de vie tout doux, avec tous ces services, a forcément un prix. Entre 2300 et 2400 €, mais dans la plupart des cas, avec les différentes aides déduites, il reste à la charge des locataires 1600 €.
La société construit ses maisons en privilégiant les petites communes. Deux sont déjà occupées dans le Territoire de Belfort : à Essert et Châtenois-les-Forges. La prochaine ouvrira ses portes à Montreux-Château fin 2020.

L’EST REPUBLICAIN – 17 février 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé