2021-10-01

Un nouveau type d’habitat senior

Un projet d’habitat senior collectif devrait voir le jour à Noyant-la-Gravoyère. Le conseil municipal de Segré-en-Anjou-Bleu a approuvé la vente de terrains, au prix de 70 000 euros.
Les conseillers municipaux de Segré-en-Anjou-Bleu ont approuvé la cession de terrains à la société Ages et Vie dans le lotissement de l’Alexandrière, à l’entrée de Noyant-la-Gravoyère en arrivant de Segré. Daniel Brossier, adjoint en charge de Furbanisme et maire délégué de Noyant, a précisé les contours du projet lors du conseil municipal réuni jeudi 11 juin.
La société Ages et Vie Habitat, basée à Besançon, propose « une nouvelle forme d’hébergement (habitat inclusif) destinée aux personnes âgées handicapées ou en perte d’autonomie, qui ne peuvent plus résider à leur domicile mais qui veulent rester dans leur ville ou leur quartier. » Ages et Vie indique se développer « en nouant des partenariats avec les collectivités locales (communes, agglomérations, départements) désireuses de développer sur leur territoire des solutions complémentaires à l’EHPAD », indique sa page Facebook. « Notre ambition est aujourd’hui d’étendre le réseau Ages et Vie à l’échelle nationale, afin d’apporter à chaque territoire la solution que tant de personnes âgées attendent », précisent les fondateurs-associés d’Ages et Vie, sur le site internet.
Deux colocations pour accueillir seize personnes
Elle envisage de réaliser à Noyant un projet « composé de deux colocations pouvant accueillir seize personnes âgées regroupées au sein de deux bâtiments, dans lesquels sont aussi réalisés deux logements dédiés aux auxiliaires de vie travaillant au service des colocataires ». Le terrain envisagé pour la réalisation de ce projet représente une superficie d’environ 2 150 m2 dans le lotissement de l’Alexandrière.
Les élus ont approuvé la vente de ce terrain pour 70 000 €. Daniel Brossier a expliqué aussi que « ce mode d’habitat regroupé vise, en prenant appui sur un projet de vie organisée à plusieurs, une insertion active et durable dans le voisinage, la vie de quartier, l’économie locale et l’environnement de proximité. »
La construction de ces bâtiments devrait être achevée dans un délai de trois ans à compter de la date de l’acquisition du terrain selon la délibération adoptée par le conseil municipal (68 votes pour, 1 contre).

LE COURRIER DE L’OUEST – 13 juin 2020

Cliquez ici pour pour être rappelé