Varennes-sur-Loire | 2021-10-01

Une résidence partagée à l’état de projet

Lors de sa réunion du mercredi 17 février, le conseil municipal de Varennes-sur-Loire (voir aussi COdu samedi 20 février) a évoqué différents dossiers, dont les subventions aux associations.
La subvention globale aux associations est en légère baisse cette année. Pour des raisons évidentes, les Amis des Orgues, le tennis, le badminton ou l’USEP n’ont rien demandé ; d’autres, comme l’Areghat, la chorale Choeur à Coeur, GR Protect cultures, ont été dissoutes. L’enveloppe accordée se répartit ainsi : ADMR Abonnes : 1500 € ; AFR Vivado : 26 888 € et 23 916 € ; Sauvegarde Chapelle et Calvaires de l’Anjou : 50 € ; Co-Libris : 500 € ; Coopérative scolaire : 6 222 € Espace de vie sociale : 665 € et 391 € ; Entente Varennes-Villebernier : 2 500 € ; Music’A Varennes : 1000 € ; SPA Convention : 486,72 €. Projet de résidences partagées Gilles Talluau a demandé à son conseil de réfléchir à la création d’une résidence partagée pour les personnes âgées dépendantes dans le futur lotissement de l’Ouche-Maréchal.
« L’idée est embryonnaire, concède-til, mais elle mérite qu’on s’y arrête. » En effet, le réseau Ages & Vie développe partout en France des espaces à dimension familiale où chaque personne âgée peut librement organiser sa vie. Ces maisons, de plainpied, comprennent en général six à huit chambres et un espace commun où préparer et prendre les repas, et profitent de l’assistance d’un service d’auxiliaires de vie. Le but est de retarder le plus possible une entrée en Ehpad. Les lieux ne sont pas médicalisés mais Varennes est dotée d’une maison de santé qui rend la commune attractive. Et à Varennes, Ages & Vie propose de construire deux de ces maisons.
Subventions pour la cantine Dans le cadre du plan de relance gouvernemental, Varennes peut prétendre à des subventions car la commune est éligible à la « dotation de solidarité rurale cible », à l’instar des deux tiers des 5 000 communes dotées de cantines scolaires. Le montant des aides est égal à tout investissement servant à stocker ou à cuisiner des produits frais.
La cantine prépare 38 000 repas par an et les aides peuvent monter jusqu’à 25 500C.
Ce plan de relance concerne également les équipements numériques et informatiques des classes, dont les dossiers de demande seront à boucler avant la fin mars.

LE COURRIER DE L’OUEST – 22 février 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé