Saint-Maixent-l'École | 2021-10-01

Vifs échanges sur la cession de l’ancien terrain de rugby

De retour devant le conseil municipal de Saint-Maixent-l’École, le sujet
a une nouvelle fois suscité une levée de bouclier de l’opposition.
La délibération date du 14 décembre 2020 et concerne la cession de terrain à la société Âges et vie Habitat pour développer une nouvelle forme d’hébergement destinée aux personnes âgées handicapées ou en perte d’autonomie.
Elle a été représentée samedi au conseil municipal suite à une irrégularité de forme. Et le sujet a, une nouvelle fois, suscité de l’indignation du côté de l’opposition notamment sur le prix de vente exercé par la municipalité et la démolition de la buvette prise en charge par cette dernière.
Stéphane Baudry, maire, a souhaité faire une mise au point : « Le prix du terrain a été estimé à 15 € le m2 par France domaine, sachant qu’il n’est pas totalement viabilisé. Concernant la buvette, elle n’est plus utilisée, se fragilise et a de l’amiante. L’ancienne équipe avait démoli la tribune.
Et on ne laissera pas faire la dégradation des bâtiments, pour des questions de sécurité nous de vons la détruire. Cela va permettre d’accélérer le calendrier car il y a un projet. On n’offre rien à la société, on aurait dû le faire ». Sébastian Rimbaud, élu d’opposition renchérit : « À15 € du m2, la destruction de la buvette aurait pu être à la charge de l’acquéreur car si ce n’est pas un cadeau, cela y ressemble quand même ». Thierry Pétrault ajoute : « Dans la mesure où vous le cédez, vous devez prendre en compte les frais qui sont engagés pour détruire cette buvette, c’est juste une opération comptable. De plus, les estimations du domaine sont parfois d’une incohérence totale. Ce sont des prix plancher, rien n’oblige la municipalité à vendre au prix du domaine, c’est une réalité. Je conteste le prix que l’on fait à ce groupe qui a les moyens de mettre beaucoup plus d’argent donc on pourrait au moins lui de mander de prendre en charge la démolition de cette buvette ». Le débat s’est ensuite dirigé vers le volet social de ce projet pour finalement enregistrer un vote avec trois voix contre.
Restauration scolaire
Autre point abordé lors de cette séance de conseil municipal : la création d’une commission extra-municipale à la restauration scolaire. La commission Vivre ensemble souhaite mettre en place un lieu d’informations et d’échanges autour de la thématique de la restauration scolaire, afin de faire de la proximité en réunissant élus, parents d’élèves, personnels et professionnels.
« Cette demande a également été faite dans les différents conseils d’école, suite à un besoin d’informations des parents d’élèves et des personnels des écoles. Cette commission sera composée de cinq conseillers maximum, de cinq experts dont une diététicienne et de dix habitants », explique Marie-Hélène Rossi-Daude, première adjointe. Aussi à l’ordre du jour, des demandes de subventions pour la maîtrise d’oeuvre relative aux travaux de restauration de l’Abbatiale et pour la mise en sécurité de son entrée. « Ils doivent être réalisés, au vu des diagnostics effectués.
Ainsi, une consultation de maîtrise d’oeuvre a été lancée afin de réaliser les travaux en plusieurs phases, dont le clocher qui ne débutera pas avant 2022. Les fonds de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) sont mobilisables sur ce projet. De même pour la sécurisation de l’entrée de l’Abbatiale, dans l’attente de ces travaux » indique Dominique Annonier, adjoint en charge de l’urbanisme.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DU CENTRE OUEST – 29 mars 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé