2021-10-01

Deux ministres venues s’inspirer de logements innovants pour nos aînés

Colocation pour seniors, Vitrage bleu… Vendredi, les ministres déléguée à l’Autonomie et chargée du Logement ont passé la matinée en Côte-d’Or afin de découvrir des dispositifs innovants permettant d’adapter les logements aux besoins des personnes âgées. Dix heures, vendredi, Brigitte Bourguignon, ministre déléguée à l’Autonomie, et Emmanuelle Wargon, ministre en charge du Logement, en visite dans le département, poussent la porte d’une maison particulière à Ouges. Celle de la résidence Âge & Vie, où cohabitent huit personnes âgées en perte d’autonomie. Tout est pensé pour changer le moins possible leurs habitudes et rompre l’isolement. Chacun sa chambre, aménagée avec ses meubles, « pour recréer un petit chez soi », et au centre, l’espace commun avec la cuisine, le salon et la salle à manger. « C’est un dispositif d’habitat inclusif entre le domicile classique et l’Ehpad », résume un des fondateurs d’Âge & Vie.
« L’objectif est le maintien à domicile le plus longtemps possible »
Des auxiliaires de vie sont chargés d’accompagner ces seniors. Plusieurs vivent à l’étage avec leur famille. « On cuisine avec eux, ils choisissent les menus. On mange toujours ensemble, on fait des activités, c’est important », explique une auxiliaire. « C’est très intergénérationnel. »
« Je suis venue ici pour être sécurisée car j’ai Parkinson. S’il m’arrive quoi que ce soit, le personnel sera là », explique une résidente. « Ce n’était plus possible de rester seule chez moi, donc j’ai pris la décision de venir ici et je ne regrette pas, on ne s’ennuie pas », assure aux ministres Jeanine, 92 ans, pour la première fois en coloc’. « Il faudrait plus de maisons comme celle-ci », reconnaît Brigitte Bourguignon.
C’est pour cette raison qu’elle a fait le déplacement avec Emmanuelle Wargon. Pour découvrir des types de logements adaptés aux besoins des personnes âgées, des alternatives à la maison de retraite.
« L’objectif est le maintien à domicile le plus longtemps possible et permettre à nos aînés d’avoir le choix », déclare Brigitte Bourguignon. « À l’État de s’adapter aux bonnes idées, comme celle-ci, et de simplifier les démarches, dépasser les blocages administratifs. »
Autre concept découvert par les ministres : le Vill’âge bleu à Dijon, qui existe depuis sept ans et qui compte une vingtaine de maisons individuelles. La particularité est cette salle polyvalente, au centre, pour effectuer des activités en commun. « On est en ville tout en étant à la campagne, je suis heureuse ici », lance une dame qui a attendu cinq ans avant d’y obtenir un logement. « C’est très prisé, mais c’est normal car c’est un super concept. » Une accompagnatrice est toujours là pour rendre service aux résidents.
Les deux ministres ont pris bonne note de ces solutions innovantes.
« On a compris comment ces belles opérations ont été montées et financées, cela va nous permettre d’aller plus loin pour multiplier ces modèles », résume Emmanuelle Wargon. « On est face à un défi démographique, il faudrait 106 000 places d’Ehpad supplémentaires dans dix ans, on n’en est pas capables. Par contre, on peut adapter nos villes, les logements, avec la volonté de chacun », ajoute Brigitte Bourguignon. « C’est pour ça qu’il faut continuer à construire pour répondre aux besoins. »

LE BIEN PUBLIC – 5 décembre 2020

Cliquez ici pour pour être rappelé