Bressuire | 2021-10-01

Les maisons Âges & vie sortent de terre

En manque dejots en Ehpad, Bressuire cherche des solutions alternatives.
Deux maisons Âges & vie sont actuellement en construction.
Les deux maisons actuellement en construction rue Marcel-Pagnol à Bressuire, près de l’école Montessori Terre des enfants, inaugurent un nouveau mode de vie pour les seniors dans les Deux- Sèvres. Ces maisons Âges & vie de 380 m2 chacune accueilleront huit personnes âgées dépendantes qui vivront en colocation avec des auxiliaires de vie. « Chacune de ces maisons est un T9 », explique Julien Comparet, le chargé de communication de Âges & vie.
« Elles disposent d’une pièce commune de 80 m2 entourée de quatre chambres de 30 m2. » Cette salle de vie commune comprend un coin cuisine où les auxiliaires de vie préparent les repas avec les colocataires à partir de produits frais achetés localement, d’une salle à manger et d’un salon commun. Chaque chambres dispose d’une salle d’eau adaptée avec accès privatif où les colocataires peuvent amener leurs animaux ou leurs meubles.
Une colocation pour personnes âgées L’étage de la maison est un appartement T4 où vit une responsable de maison ou son adjointe avec sa famille. Avec trois autres auxiliaires de vie, elles se chargent d’accompagner les colocataires dépendants dans leur vie quotidienne (toilettes, lever, repas, transferts, vie sociale…) et assurent des astreintes nocturnes et le week-end à tour de rôle.
« Chaque locataire peut êtreéquipé d’une téléalarme et la médicalisation se fait par leurs médecins ou infirmiers habituels. L’expérience montre que ce sont les mêmes médecins et infirmiers qui, à terme, interviennent pour tous dans la maison. » Inauguré en 2008 dans le Doubs, ce modèle de colocation pour personnes âgées dépendantes offre une alternative à l’Ehpad. « Nous pouvons accueillir des personnes âgées dépendantes ou isolées (GIR 2, 3 ou 4) mais pas de personnes souffrant de troubles cognitifs puisque chacune des chambres dispose d’un accès. »
Proposer une alternative aux Ehpad Selon lui, ce genre de résidence correspond à une de mande des baby boomers qui auront 80 ans en 2025. « Nous ne nous voyons pas comme une concurrence aux Ehpad mais comme une offre alternative et une solution d’autonomie. » À chaque fois, deux maisons sont construites ensemble pour mutualiser les frais de fonctionnement. « On ne va jamais au-delà de trois maisons. » Ce modèle permet à la structure d’avancer un reste à charge de 1.600 € par mois, aides soustraites (loyer, frais alimentaires et prestations déduits).

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DU CENTRE OUEST – 17 juillet 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé