Montpont-en-Bresse | 2021-10-01

Résidences seniors : les élus s’en remettent au privé

Une population vieillissante. Pose qui aller en Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) peut encore attendre, à condition d’avoir un logement adapté pour y rester le plus longtemps possible. Les élus ont depuis des années identifié la problématique, l’enjeu et l. besoins. Pour y répondre, certains d’entre eux ont souhaité construire des résidences seniors avec la Semcoda (Société d’économie mixte de construction du département de l’Ain). Mais les difficultés remontrées par le bailleur social ont empêché les projets d’aboutir . Ces b.oins, Terr. de Bresse les a aussi constatés.
Les doutes de la nouvelle assemblée
La C,ommunaute de communes a ainsi decide, lors de la precedente mandature, de construire elle-même plusieurs résidences seniors . C’était son grand projet. La première résidence devait voir le jour à Montpont-en-Bresse . Sauf qu’en mars ont eu lieu de nouvelles élections municipales. Et en juillet, l’installation de la nouvelle assemblée intercommunale , aux deux tiers renouvelée. « Je me devais d’expliquer aux nouveaux élus les projets en cours », resitue le président, Stéphane Gros. Et parmi eux, un a de gros doutes sur le projet. « Il y avait un investissement prévu, niais rien pour assurer le fonctionnement et la pérennité de la structure, explique Christian-Jacques Arnal, adjoint à La Chapelle-Thècle et conseiller délégué santé et seniors à Terres de Bresse. J’ai dit au président « on arrête tout et on réfléchie’. » Stéphane &es écoute le médecin neurologue à la retraite, qu’il considère « expert » en la matière, avec « une analyse lucide ». Le doute s’installe , d’autant plus que le montant du projet – trois à quatre millions d’euros d’investissement – fait peur.
Laisser faire dcc gens dont c’est le métier « Construire, on sait faire. Mais c’.t la suite qui nous interrogeait : sur le fonctionnement, le recrutement…, confie aujourd’hui le président. Et puis au-delà du simple accueil des seniors, il y avait tout un aspect santé dont j’ai pris conscience en écoutant le professionnel qu’est Christian-Jacques Amal. Est-ce qu’on était assez m. pour ce projet ? Je ne crois pas. » Autre argument qui pèse dans la réflexion : les élus n’ignorent pas qu’une société privée, Ages et vie, qui construit et gère des hébergements pour seniors, riaiFiu. sur la Bresse ( lire par ailleurs ). Des contacts sont établis. « On a la chance d’avoir une société capable de financer et gérer ce type de structures. Elle a prouvé que ça marchait ailleurs, et sera meilleure que nous, dont ce n’est pas le métier », expose Stéphane Gros. Il y a quelques semaines, le président propose à la
commission « santé-social » dose plus engager Terres de Bresse dans ce projet de résidences seniors. La commission le suit. La décision est rendue publique jeudi dernier, en séance plénière. « On ne souhaite plus s’en occuper directement, on le confie à d’autres structures plus compétentes. Notre objectif, de répondre ‘tes besoin d’hébergement adapté pour les seniors, sera atteint par une entité tierce », résume Stéphane Gros. Ce qui, pour Terres de Bresse, constitue une économie non négligeable. « On pourra l’utiliser à bon escient pour les seniors, par le biais de nos deux agents formés. La commission va faire des projets pour travailler sur k lien humain et apporter des services supplémentaires aux seniors. On va mettre les bouchées doubles », assure le président.

LE JOURNAL DE SAONE ET LOIRE – 3 décembre 2020

Cliquez ici pour pour être rappelé