Cravanche | 2021-10-01

Une colocation senior en projet sur l’ancien site de l’Adij

D’une surface de 960 m2, la maison Ages et vie se composera de deux unités de huit logements proposés à la location qui disposent d’une cuisine collective. Elle n’est pas médicalisée, mais les locataires sont assurés de la
présence 24 heures sur 24 de trois auxiliaires de vie.
A titre personnel, le maire de Cravanche, Julien Coulon, confie sa profonde déception ne n’avoir pu présenter directement ses voeux aux habitants. Peu emballé par le côté qu’il juge artificiel d’une prestation vidéo, il s’est rabattu sur l’édito de la revue municipale « Cravanche le Mag ». Les Cravanchois ont également reçu une carte de voeux conçue par l’adjointe Catherine Zaugg et dont l’impression a été confiée à un professionnel cravanchois.
Le principal projet lancé en 2021 est celui de l’implantation d’une structure « Ages & vie » et la construction d’un lotissement de sept pavillons individuels sur l’emplacement communément appelé « ancien site de l’Adij ».
La préemption des terrains de l’Adij (57 ares) et l’achat de ceux appartenant à Territoire Habitat (20 ares) sous le mandat d’Yves Druet avaient pour finalité de créer une unité foncière destinée à recevoir un projet immobilier de densification modérée dans le souci de maintenir le niveau de la population.
D’une surface de 960 m2, la maison Ages et vie se compose de deux unités de huit logements proposés à la location qui disposent d’une cuisine collective. Elle n’est pas médicalisée, mais les locataires sont assurés de la résence 24 heures/24 de trois auxiliaires de vie. Des logements y sont réservés au personnel, qui représente six emplois. « Nous avons inscrit une clause de priorisation des Cravanchois et de leurs parents car la structure fournit un service pour le quel la demande est très forte à Cravanche. Ces domiciles partagés pour personnes âgées dépendantes sont des lieux de vie ou les gens sont totalement libres de leurs mouvements, bénéficient d’animations, de repas préparés et de la coordination des soins » détaille Julien Coulon, séduit par la qualité d’une structure similaire visitée à Essert.
À proximité immédiate, le projet en cours de finalisation avec le bureau d’études prévoit pour sa part la vente de sept parcelles de quatre à six ares sur lesquelles autant de pavillons individuels seront édifiés. L’éventualité d’y insérer un petit collectif n’a pas été retenue.

L’EST REPUBLICAIN – 23 janvier 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé