Badonviller | 2021-10-01

Une journée pour découvrir la résidence et les services Ages & vie

Le promoteur Ages & Vie développe des colocations pour des personnes en perte d’autonomie. Après celle de Baccarat, la seconde résidence de ce type va bientôt ou vrir dans la commune. Alternative à la maison de retraite, ce dispositif est à découvrir, sur rendez-vous individualisé, le 10 février prochain.
Et si la colocation des seniors était une alternative à l’entrée en maison de retraite ?
Coeur d’un concept initié dans le Doubs, les colocations Ages & Vie pour les personnes âgées dépendantes essaiment sur le territoire. Après Baccarat, mais avant Cirey-sur-Vezouze en juillet et Chanteheux en fin d’année, des logements pour couples et personnes seules sont en cours d’achèvement, rue Poincaré.
Dans un cadre de vie à taille humaine, apaisant, sécurisant et intergénérationnel, des personnes ne pouvant, ou ne voulant plus demeurer chez elles, pourront bénéficier d’un accompagnement permanent.
Animaux de compagnie acceptés
Sur un terrain d’environ 2.900 m2, deux « vraies » maisons de 380 m2 seront donc louées, en colocations meublées, à 16 personnes âgées. L’espace commun de 80 m2 comprend un salon, une salle à manger et une cuisine où les repas, préparés quotidiennement, « seront composés en concertation avec les colocataires », détaille Laëtitia Boustoh, manager régionale d’Ages & vie.
Les espaces privatifs – en viron 30 m2 – sont composés d’une chambre/séjour, d’une salle d’eau, et d’une entrée privative avec terrasse. « On peut y vivre avec son animal de compagnie. Et même apporter ses meubles si on le souhaite. »
Portes ouvertes le 10 février Adaptés aux besoins des colocataires, « les appartements évolueront en fonction de leur dépendance », confirme la responsable.
Une équipe de six auxiliaires de vie – dont certaines habitent à l’étage avec leurs familles – s’occupe de l’aide au lever, au coucher, à la toilette, aux déplace ments, la préparation et la prise de repas, le ménage, l’entretien du linge, les animations, la vie sociale…
« Mais rien n’est imposé aux résidents. Conservant son libre choix, chacun pourra vaquer à ses occupations en toute liberté.
Les logements disposent d’une sortie indépendante », précise Laëtitia Boustoh.

L’EST REPUBLICAIN – 7 février 2021

Cliquez ici pour pour être rappelé